2012… end of the world, of what world?

Welcome 2012 !

2012… end of the world ? of what world ? of the world of injustice, of hunger, of hate, of destruction of the planet ? oh yes, the end of that world in 2012 ! Welcome new era, a new world to create !

2012… ¿Fin del mundo ? ¿de qué mundo? ¿él de la injusticia, de las hambrunas, del odio, de la destrucción del planeta ? Oo sii, ¡el fin de ese mundo en 2012 ! ¡Bienvenida nueva era, un nuevo mundo por crear !

‎2012… la fin du monde ? de quel monde ? celui de l’injustice, des famines, de la haine, de la destruction de la planète ? Oh oui, la fin de ce monde là en 2012 ! Bienvenue Nouvelle Ere, un nouveau monde à créer !

… et le voilà, le livre pour les petits et les grands…

« Ma maison… »

Ma maison » réunit quatre dessins originaux, au rotring sur papier, repris sous différents cadrages pour donner les 12 illustrations.

Les double-pages sont construites sur le schéma noir sur blanc à gauche, avec pour texte un mot descriptif, et noir sur fond couleur à droite, montrant le même dessin sous un autre angle… un autre point de vue. En dernière page, « Fleur et l’oiseau » est un rêve… un rêve fait dans ma maison ?

Un livre entièrement conçu et fabriqué à la main avec soin et tendresse, en 20 exemplaires numérotés et signés… Mention spéciale de la critique pour l’expression conceptuelle, récompensé par un texte du philosophe critique d’art Valtero Curzi

Concept : ma maison-intention-frances

mamaison-award_english

 

L’écrit d’amour

L'écrit d'amour

L’écrit d’amour était un écrit de douleur… qui par un lapsus involontaire a montré sa guérison!

« Dans l’incandescence
J’ai incendié la vie
pour tracer un chemin.
Aveuglées les étoiles
englouties dans la profondeur du ciel
ont péri étouffées par le calme de la terre brûlée.
J’ai cherché qui aimer
en confiance
J’ai chuté, bouleversée

Et le soleil a reflété l’éclat de mon écorchure
mais illuminé de beauté mon amour. »©

Le rêve…

Helena Gath © Adagp, Paris 2014

« Sueño »

Ce rêve est l’endroit où toutes les rencontres sont permises…

Collection privée

Helena Gath © Adagp, Paris